CT106_Art4_Lingrand
Art4-ct106 (2021)

Evaluation de l’effet de la conservation du matériel végétal sur la quantité et la qualité de l’ADN, en vue de la mise en place d’une politique de gestion du stockage des échantillons.

Utilisation des techniques de biologie moléculaire et des sciences associées pour aider à définir de bonnes pratiques de stockage et une date de péremption des échantillons végétaux.

Auteur(s)

Matthieu Lingrand1 ; Caroline Scotti-Saintagne1 ; Sylvie Oddou-Muratorio1; Marianne Correard2 ; Olivier Gilg2 ; Franck Reï2 ; Anne Roig1; Patrice Brahic3

Résumé

L’URFM stocke plus de 40 000 échantillons végétaux soit à -20°C soit à température ambiante après déshydratation. Le projet présenté dans cet article a eu pour but d’évaluer la quantité et la qualité de l’ADN obtenu à partir d’échantillons de quatre espèces d’arbres méditerranéens. Pour mesurer la qualité de l’ADN, nous avons effectué des analyses de génotypage et de séquençage couramment utilisées au laboratoire. Nos résultats montrent une variation entre les quatre espèces étudiées en fonction du mode et de la durée de conservation sur la quantité et la qualité de l’ADN. De plus, nous avons montré que les échantillons conservés sur la plus longue période ou avec la méthode la plus basique (à sec) ne sont pas ceux qui présentent la moins bonne qualité d’ADN.

Mots clés

Biologie moléculaire, échantillons végétaux, qualité ADN, stockage

 

Documents à télécharger

Date de modification : 28 août 2023 | Date de création : 06 septembre 2021 | Rédaction : Matthieu Lingrand